Rechercher
  • Peggy Ottinger

Attendre un enfant après une IVG

Un accompagnement de grossesse bien particulier ...





















La grossesse qui suit une IVG est une étape d’une grande complexité où la vie et la mort s’entrechoquent et où la joie d'être enceinte est très souvent mêlée d'une tristesse, voire d'une angoisse qui sont sources de culpabilité et d'incompréhension.


Précisons d'emblée que le sujet ne porte absolument pas sur le sens de la décision d'interrompre une grossesse. Accueillir chaque femme avec son histoire, sans jugement, est une règle déontologique incontournable. Mon propos ne s'attache donc qu'aux constats du vécu de la grossesse qui suit, et aux émotions qui traversent la femme enceinte, ainsi qu'à l'accompagnement particulier à mettre en place.


De la décision de concevoir un enfant à nouveau, à la relation avec le bébé in utero, en passant par le vécu psychique et corporel de la nouvelle grossesse, la femme doit emprunter un itinéraire périlleux, au cours duquel un accompagnement global est d’une importance capitale, et où l'enjeu est évidemment la mise en avant du lien mère-bébé avant la naissance.


Il est essentiel de ne pas craindre de réveiller des affects douloureux et d’une grande intensité souvent, car c'est au travers de ces émotions généralement refoulées que le travail psychique de la nouvelle grossesse se fera. Pouvoir investir celle-ci et tisser du lien avec le bébé présent in utero, ne peut se faire qu'en allant donner sa vraie place à l'enfant qui n'est pas né. Aussi émouvant que cela puisse être, c'est une étape qui se réalise en douceur via le Toucher (conscient, bienveillant, dans la juste intention) et la visualisation associée. C'est un pas immense vers l'attachement que d'entendre une jeune mère dire avec courage "c'est étrange et presque insensé, mais à 5 mois de grossesse, c'est la première fois que je me sens enceinte de mon bébé. Avant, je le savais mais c'était vraiment abstrait et vide dans mon ventre".


Une prise en charge singulière et délicate est à mener, dans laquelle les symptômes somatiques sont un guide sûr : ils viennent mettre en lumière les vécus émotionnels irrésolus et sont comme des "balises" sur le chemin à parcourir. Bien sûr, ils parlent d'abord du vécu de maternité de cette femme devenue mère, mais bien souvent aussi de l'histoire des maternités précédentes dans les lignées, et des deuils périnataux qui se sont déroulés. Eclairer cet aspect inter- ou trans-générationnel permet de commencer un travail de déculpabilisation.

Se souvenir par ailleurs, que chaque être humain vient s'incarner avec un "plan d'expériences" remet une plus juste répartition dans les responsabilités de chacun, et permet de comprendre que "tout est toujours au plus juste au moment où cela arrive". Selon moi, cette dimension est véritablement celle qui permet de s'extirper entièrement de la culpabilisation.


Peu à peu, les "élastiques émotionnels" se font plus souples et l'investissement du lien mère-bébé s'intensifie. Se vit alors réellement et pleinement une NOUVELLE grossesse.


Peggy


0 vue

Peggy Ottinger  

Accompagnement préconception, grossesse, post-partum

praticienne certifiée en Toucher-Massage énergétique périnatal , Hypnonatal®

réflexologie plantaire périnatale et pédiatrique

06 02 36 35 98

Aube, Troyes -

Yonne, Tonnerre - Chablis

  • Facebook - Grey Circle